Le cinéma européen a-t-il encore une chance face aux blockbusters américains ?

Voici une comparaison du cinéma européen aux blockbusters américains qui vous montre ce qui les différencie. Quelques films belges de qualité.

Le cinéma européen a-t-il encore une chance face aux blockbusters américains ?

.

La domination des blockbusters américains sur le cinéma européen

Aujourd’hui, le cinéma est la forme d’art la plus appréciée et la plus répandue. Jusqu’à récemment on observait des milliards de personnes dans les salles de cinéma à travers le monde à chaque sortie de film. Avec l’apparition de la pandémie, ces salles ont dû fermer, mais les studios de streaming ont pris le relais et continuent à fournir les productions du cinéma aux spectateurs. Que ce soit les blockbusters américains ou certains films européens, ils sont disponibles sur les plateformes comme Netflix, Amazon Prime vidéo, etc.

L’industrie cinématographique est clairement dominée par les productions américaines qui ont conquis tout le monde aujourd’hui grâce à la qualité de leurs blockbusters. Le cinéma européen, même s’il est surclassé, ne se laisse pourtant pas faire et continue de sortir chaque année des pépites. Il est principalement représenté par le cinéma français et britannique, mais aussi par la Belgique qui a d’ailleurs pour habitude de proposer de belles marques. On pense par exemple à Casino777 qui représente la Belgique avec fierté. Cette plateforme de pari est l’une des meilleures marques belges à ce jour et impressionne toujours par la variété et la qualité de ses offres. Dans les prochaines lignes, l’article va essayer de trouver dans le domaine du cinéma, des films belges, britanniques, français ou européens qui, comme Casino777, font la fierté du continent européen face à la suprématie américaine.


Point sur le cinéma mondial

L’industrie cinématographique observe un ralentissement assez inquiétant, et ce depuis la pandémie du coronavirus qui sévit depuis fin 2019. En effet en 2020, ce secteur a été le plus touché par la crise en affichant des chiffres assez bas, et ce après les confinements qui se sont répétés durant toute l’année. Les salles de cinéma à travers le monde ont dû fermer. D’après le bilan du centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) en 2020, le cinéma a vu son chiffre d’affaires chuter de 33 % soit une perte de de 3,2 millions d’euros avec des baisses pour la production de -10 %, pour la distribution de -22 % et pour l’exploitation de -65 %. La fréquentation des salles de cinéma a été le plus bas enregistrée depuis 1917 avec 65,2 millions de tickets vendus en 2020 alors que les six dernières années les entrées étaient de plus 200 millions de tickets vendus chaque année. D’où les recettes totales en 2020 étaient de 432,6 millions d’euros.

Aussi l’année passée, le nombre de productions inédites sorties en salles a chuté de 51,1 % soit 365 contre 700 en moyenne les années précédentes. Par contre, d’après une estimation du CNC dans le mois d’octobre 2021, la fréquentation des salles de cinéma a atteint les 14 millions d’entrées par rapport à octobre 2020 soit +61 %, mais reste toujours inférieure à l’année 2019 à la même période. Aussi sur les 10 premiers mois de 2021, elle a atteint 60,82 millions d’entrées soit moins de 6,7 % par rapport à 2020. Cependant, les services de streaming ont continué à produire puis à proposer sur leur plateforme du Cinéma pour combler les attentes du public.


État des lieux sur le cinéma européen

Le cinéma européen est représenté en majorité par le cinéma français et britannique. Ainsi, d’après toujours la CNC, les Français ayant fréquenté une salle de cinéma en 2020 étaient de 27,6 millions de personnes soit 43,6 % contre 43,3 millions en 2019. Dans les autres grandes salles de cinéma européennes, on enregistre aussi une importante baisse. Par exemple, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre affichent respectivement une chute de 67,9 % ; 71,2 % ; 79,4 % et 75 % du nombre de personnes fréquentant ces salles. Notons aussi que les films d’animation tels que Bigfoot family, Yakari et des films de comédie comme Ducobu 3 ont fait la fierté du cinéma français. Ce dernier est le film français avec le plus d’entrées et le 6e au classement général du CNC avec 1,50 million d’entrées en 2020.

Parmi les autres films européens non français ayant terminé avec le plus de visionnage en salle, on a la production britannique Tenet. Cette dernière est au premier rang du classement de 2020 du CNC avec 2,35 millions d’entrées. Aussi, le nombre de titres inédits français sortis en 2020 est de 165. Les productions françaises ont généré 28,6 millions d’entrées soit 44,9 % alors que pendant les 10 années précédentes elle était de 38,4 %. Pendant la pandémie, les productions françaises ont gagné une part de marché supérieure à celle des Américains. Les recettes des films français sont de 180,2 millions d’euros soit - 61,5 % et les autres films européens 41,2 millions soit -62,2 % par rapport à l’année précédente. En 2021, l’estimation de la part de marché des films français est de 41,6 % et celle des non-Français est de 18,3 % d’après le CNC. Le premier film de l’année 2021 au classement de nombre d’entrées du CNC à ce jour est le film britannique Mourir peut attendre sorti en octobre 2021 avec 3 millions d’entrées.


Que nous propose le cinéma américain

Le cinéma américain est généralement représenté par les blockbusters. En 2020, les productions américaines ont généré 26,5 millions d’entrées soit 41,6 % de moins qu’en 2019. Les recettes des films américains en 2020 sont de 185,5 millions d’euros soit une chute de 77,1 % par rapport à l’année précédente. La production historique 1917, le titre d’aventure Sonic le film, le film Bad boy for life et le film Star Wars : épisode 9, l’ascension de Skywalker sorti en 2020 ont respectivement fini deuxième avec 2,23 millions d’entrées, troisième avec 2,12 millions d’entrées et quatrième avec 1,73 million d’entrée et cinquième avec 1,69 million de personne en salle d’après le classement du CNC. En 2021, l’estimation de la part de marchés du cinéma américain est de 40 % d’après le CNC. La dernière superproduction du MCU, Spiderman No Way Home atteint déjà le top 10 des films les plus suivis en France et totalise déjà des millions d’entrées. Malgré la pandémie, l’on peut affirmer que ce secteur se porte plutôt bien.


La domination du cinéma (blockbusters) américain

Depuis plusieurs années maintenant les superproductions américaines dominent le monde du cinéma. Les studios de productions comme Warner Bros, Marvel et autres sortent des films à grand budget qui apportent de grandes recettes. L’une des raisons expliquant la domination des blockbusters américains et donc du cinéma américain est leur capacité à s’exporter partout dans le monde. Ainsi en Europe, les catalogues de Netflix, Amazon, Apple Tv+, Disney+ sont dominés par les films et séries américaines. Les productions européennes représentent un tiers du contenu des catalogues de ces géants du streaming. L’hégémonie américaine s’explique aussi par le fait que les plateformes de streaming les plus puissantes sont américaines. De plus, selon une estimation de 2017, les chaînes privées diffusent largement plus de films américains (44%) que ceux européens (24%) ou autres productions nationales.

En effet, les chaînes privées préfèrent les productions américaines à cause de leur rayonnement culturel mondial. Ces chaînes diffusent par jour plus de films (5 en moyenne) que les chaînes publiques (1). Les productions américaines sont donc beaucoup plus diffusées. Par contre, les films européens s’exportent moins bien que ceux américains. Lorsqu’une production française est diffusée en France et en Belgique par exemple, elle ne le sera pas en Roumanie ou ailleurs. Pareil pour les films allemands qui seront suivis en Allemagne ou en Autriche, mais pas ailleurs. Alors que les films américains eux peuvent être programmés et diffusés aussi bien en Bulgarie, en Allemagne ou en Angleterre. Si on prend la saison 2015-16 comme exemple, en moyenne les productions européennes sont programmées dans 1,4 pays contre 3,1 pays pour les films produits aux USA. De plus, les superproductions américaines sont généralement la cause de cela. Ils font pencher la balance en faveur du cinéma américain.

Déjà en 2017, parmi les films américains les plus diffusés en Europe, les 10 premiers étaient américains. Cependant, les chaînes françaises en sont l’exception vu qu’elles ont une importante offre cinématographique sur le plan national. Ainsi selon une estimation datant de 2017, les chaînes en France diffusent 54 % des productions européennes, dont 38 % sont françaises. L’autre raison de la domination des blockbusters US s’explique par la qualité de leur production. Les géants studios américains ne lésinent pas sur les moyens afin de réaliser leur titre. Le coût de ces derniers est généralement de l’ordre des centaines de millions ou du milliard. Ce qui n’est pas le cas des productions européennes. Elles sont souvent limitées par le budget mis à leur disposition.


Quelques films européens de qualité

Malgré ce constat, il faut dire que le cinéma européen résiste à la pandémie et explore de nouvelles possibilités. Il faut dire que les productions sur le continent sont caractérisées par la collaboration et la coproduction. Cet effort permet de continuer à avoir de bons crus chaque année. Par exemple, en termes de films belges de qualité on a encore The Broken Circle Breakdown (2012) réalisé par Felix Van Groeningen ; Dikkenek sorti en 2006 de Oliver Van Hoosfstadt ; Mr. Nobody (2009) de Jaco Van Dormael, ou encore Tueurs (2017). Pour le cinéma britannique il y a : la saga James Bond ; Sherlock Holmes de 2009 ; la saga Kingsman ; la saga Harry Potter (2001-2011) ou The Queen (2006). Quant au cinéma français, il est valablement représenté par la saga Ducobu ; Yamakasi (2001), Les Misérables (2019) ; Le chant du loup (2019) ; les OSS 117 ; Intouchables (2011) ; Astérix et Obélix, Brice De Nice (2005) Taxi (1998), etc.

Nous pouvons vous dire que le cinéma européen a encore une chance face aux blockbusters américains grâce au cinéma britannique et français. En effet, ces derniers sont encore les seuls à pouvoir tenir tête aux superproductions américaines, et ce à l’aide de la qualité de leurs titres qui attirent les spectateurs locaux. Ils mettent de plus en plus de moyens et collaborent même avec certains géants studios d’Hollywood pour s’exporter dans d’autres pays notamment aux USA, mais cela sera -t-il suffisant ?!

Avis

Note: 0.0/5 (0 vote)

    Soyez le premier à donner votre avis :)

Vous n'êtes pas encore connecté(e)

Si vous aimez, pensez à partager !

Remonter
Notifications
50