Adoption : la fiche du film, les photos, bande annonce, synopsis, casting et détail sur Cine974

Adoption de Marta Meszaros (1975) - Cine974

C’est la rencontre entre la jeune Anna, rejetée par ses parents et qui a échoué dans un foyer pour délinquantes, et l’ouvrière Kata, vieillie prématurément et..

Adoption

Örökbefogadás


 

Synopsis

C’est la rencontre entre la jeune Anna, rejetée par ses parents et qui a échoué dans un foyer pour délinquantes, et l’ouvrière Kata, vieillie prématurément et dont la vie est au point mort. Elle aimerait avoir un enfant de Joska, son amant marié. Cet homme taciturne, satisfait de leur situation bancale, lui oppose un refus buté. Au seuil de la quarantaine, Kata se sent dans une impasse. Elle attend que quelque chose ou quelqu’un la sorte de sa morosité. En s’intéressant par hasard à Anna, elle s’attache à elle et commence à s’ouvrir. De son côté, Anna s’appuie sur Kata pour créer son propre foyer avec son amoureux. Par leur compréhension réciproque, les deux femmes s’apprivoisent mutuellement. Kata trouve sa vérité en luttant pour Anna, et au-delà pour toutes les femmes. Et petit à petit, l’idée d’adopter un enfant fait son chemin. Car une famille, ce ne sont pas seulement les liens du sang imposés par la nature et souvent décevants; c’est aussi le choix raisonné du cœur.

Marta Meszaros met toujours de l’autobiographie dans ses films. Ici elle rendhommage à sa mère et à celle qui l’a recueillie orpheline quand, encore fillette, elle avait perdu son père, broyé par la machine stalinienne, et sa mère emportée par le typhus en cette URSS où ces Hongrois s’étaient installés en 1935. En 1956, Meszaros termina le VGIK. Elle y suivit, entre autres, les cours d’Alexandre Dovjenko (comme Larissa Chepitko) et Sergueï Guerassimov (comme Kira Mouratova). C’est sûrement cette empreinte soviétique qui fait d’elle une pionnière : elle est la première réalisatrice de long métrage en Hongrie avec Cati/La jeune fille (1968). Très vite, ses thèmes de prédilection s’affirment. Elle sait admirablement filmer la solitude, la misère affective, les problèmes familiaux, le monde du travail, les institutions, l’acharnement à exister par et pour soi. C’est presqu’un "cinéma d’intervention sociale", pour reprendre la formule de Robert Grelier, une âpre critique tempérée néanmoins par une douceur certaine pour les corps fringués comme l’as de pique et les visages fatigués. "Même le réalisme reflète un certain état d’âme", a dit le philosophe Béla Balàzs. Elle montre aussi une foi inébranlable dans la solidarité et la chaleur de l’amitié féminine. Marta Meszaros partage avec toutes ses héroïnes un farouche désir d’indépendance, un besoin d’autonomie. Le bonheur est un droit; mieux, c’est un combat. Adoption est son plus beau film, le plus abouti, somptueusement éclairé par le noir et blanc de Lajos Koltai.

 

    Soyez le premier à donner votre avis :)

Vous n'êtes pas encore connecté(e)

Séances

Pas de séance programmée pour le moment.

Si vous aimez, pensez à partager !

Remonter
Contact
Rechercher